Ce lundi 26 Fevrier, nos U19 se sont déplacés au Centre Éducatif Fermé (pour mineur) de Borde Basse près de Moissac. Nous avons décidé de revenir sur cette formidable initiative. C’est pourquoi nous avons posés certaines questions à Chaib OUALI (éducateur des U19 MFCTG) ainsi qu’a 2 joueurs de son équipes (Romain DIAKITÉ et Hugo LAUGIER) pour avoir leur sentiment sur cette formidable journée. 

Interview : Chaib OUALI

 .
Pourquoi cette sortie ? 
Avec Fethi KERRAOUI (responsable des U17 / U19), nous avons effectué un diagnostic de la catégorie  U19, sachant que 80% des joueurs sont au club depuis au moins 3 ans. Nous sommes venu à la conclusion qu’au delà des qualités de footballeur qu’un jeune doit avoir, il y a des qualités humaines à posséder avant toute chose. Ces qualités humaines s’articulent sur 3 axes: LE RESPECT – LA SOLIDARITÉ – L’ENTRAIDE.
C’est pour cela que nous apportons une attention particulière à la notion éducative que nous devons transmettre.
Notre projet éducatif s’étale sur plusieurs actions dont la visite de nos jeunes au Centre Éducatif Fermé à Saint Paul d’Espis (Borde basse) près de Moissac.
 .
Qu’avez vous fait sur place ? 
Les joueurs ont été sensibilisés par le directeur du centre, Mr TAVERNIER. Il leur a exposé le rôle de ce centre et toutes les actions qu’ils y menaient. Mr TAVERNIER a expliqué aussi que ce centre pour mineur était la dernière chance avant la prison. Dans ce centre il y a jusqu’à 12 jeunes qui ont commis soit un délit ou un crime.
 .
Quel intérêt pour le centre d’avoir effectué cette sortie avec les joueurs du MFCTG? 
C’est un échange que nous mettons en place avec le centre. Cette journée était dédié à nos jeunes et dans quelques semaines je vais animé une séance d’initiation au football pour les jeunes détenus au Centre Éducatif Fermé.
 .
Quels intérêts pour toi et ton groupe ?
Il y a 2 intérêts pour nos jeunes. Ils ont tous entre 17 et 18 ans et le moindre délit ou crime sera punit par de la prison, ils n’auront pas droit à une 2 ème chance avant d’être puni.  L’autre intérêt était de les sensibiliser afin de les responsabiliser pour qu’eux même accompagnent leurs petits frères, petites sœurs ou autres.
 .
Que retire tu de positif dans la journée ? 
Cette sensibilisation au délit et au crime est une prise de conscience pour mes joueurs. Ce centre pour mineur est la dernière chance avant la prison et mes joueurs ont conscience, qu’en cas de faute grave, qu’ils n’auront pas cette dernière chance …
Ce fut  une journée conviviale,  qui a permis de resserrer les liens entre les joueurs, nous avons mangé tous ensemble après la visite du centre. Nous avons fini la journée avec une initiation au foot indoor (LE FIVE).
 .
Et maintenant?
Nous recevrons le 18 mars, lors de notre match de championnat contre Pradines (en collaboration avec ASEI Centre Fonneuve) des adultes en situation d’handicap moteur. Ils assisteront à notre rencontre puis un échange (avec mes joueurs) aura lieu juste après la rencontre.
 .
Interview joueurs : Ton ressenti sur la visite du centre. Quelle leçon retires-tu de la visite 
.
– Romain DIAKITE, millieu défensif U19
“Ce fut une visite très intéressantes et qui m’a plu. Beaucoup de personnes ne connaissaient pas ce secteur alors qu’il se situe dans un tournant de notre vie. On prend conscience qu’il peut y avoir des moments sombres et difficiles mais que ce n’est pas la fin . La spécificité du centre c’est qu’il est isolé et que les éducateurs s’occupent de chaque cas différemment et donc une reprise petit à petit des bases qu’un adolescent doit avoir. Ils intègrent et accompagnent les jeunes en difficulté dans le monde du travail (coiffeur, stage) . Ils donnent aussi une importance aux loisirs et qui s’appuient sur le travail d’équipe, l’écoute, l’amitié (qui peut se former) et permettent une réinsertion dans la société.”
 .
– Hugo LAUGIER, Défenseur  U19
“Tout d’abord j’ai trouvé cette visite assez surprenante car ce n’est pas un lieu commun et encore moins visité mais très enrichissante. La rencontre avec le responsable du CEF nous a permis de constater dans un décor rural tout un processus et un accompagnement bien spécialisé pour les jeunes. Je trouve que c’est une réelle chance pour eux, le cadre est idéal pour se reconstruire (26 hectares ! ). Les équipements et les possibilités de sorties aux alentours sont très intéressantes pour ces jeunes en rupture sociale. Ces jeunes ont un personnel bien spécifique et personnalisé pour les aider à avancer et à pouvoir se reconstruire, notamment sportif. Pour moi le sport peut être un réel axe de travail pour ces pré adolescents, ça peut les aider à grandir, à avancer et à aller de l’avant pour leur avenir en grande partie. C’est un combat avec eux même. Un sport collectif et populaire comme le foot peut permettre a ces jeune adultes de se défouler tout en respectant un cadre c’est ce qui leur manque c’est pour cela qu’il faut appuyer notamment sur l’aspect éducatif. Il faut imposer des cadres peut importe où nous sommes et c’est d’ailleurs le cas dans notre catégorie
Il y a aussi les travaux manuels qui sont mis en avant accompagnés par de nombreux stages. je trouve que ça permet de les initier déjà très tôt au monde du travail de leur donner des idées des projets pour pouvoir se fonder et se sortir de leurs problèmes récurrents notamment avec le stupéfiants…
Je trouve que c’est donc très important de donner une chance à ces jeunes et de pouvoir les aider dans leurs parcours difficiles . Et c’est là que le rôle d’un grand frère ou d’un « exemple » prend son sens on a tous un rôle au yeux des plus petits qui sont très influençables surtouts dans des quartiers difficiles. Il faut donc être d’autant plus vigilant avec la génération suivante (pour nous u19) nos frères soeur, d’autres petits que l’on connaît, on a tous deja voulu recopier un de nos grands frères, cousin, oncle c’est pour cela qu’il faut faire attention à nos faits et gestes et l’exemple que l’on peut donner.”
 .
Remerciement: Merci au CFE et à son directeur Mr TAVERNIER de nous avoir accordé du temps.
2018-03-02T13:25:35+00:00