“Les bénévoles au cœur du projet”

Entretien avec Eric Bardet !

(Dirigeant du MFCTG)

« FAIRE PROFITER DE MA PROPRE EXPERIENCE »

Il fait partie de cette catégorie de dirigeant qui œuvre dans la discrétion, sans souci d’y quérir un jour la lumière. Ce chef d’entreprise a intégré le milieu du football montalbanais en suivant, comme beaucoup de parents, leur fiston. Thomas a fait ses classes au sein de la section des jeunes du club Jaune et bleu, faisant apprécié ses qualités de footballeur et donnant l’image d’un garçon à l’éducation d’un autre temps. Une posture puisée auprès d’un papa à la discrétion bien marquée et d’une maman vigilante à la bonne tenue du cocon familial. Thomas a suivi son chemin qui l’a mené vers d’autres cieux, histoire de boucler des études d’ingénieur qui n’ont cependant rien changé à son humilité. Après une expérience réussie à Pau en National 1, Thomas a posé ses valises à Golfech, reconnu comme joueur de haut niveau, apprécié comme capitaine. Mais Eric n’en a pas pour autant quitté le bateau Jaune et bleu ; il se dit dirigeant de l’ombre, mais n’hésite pas à faire passer son savoir faire, le sens de la communication qu’il s’est si bien diffuser dans le cadre de son activité professionnelle. Eric et son épouse, leurs enfants Thomas et Léa, c’est l’image de la sagesse et du bon sens… Et toujours dans une retenue idéale.

  1/ Vous êtes dirigeant depuis déjà plusieurs années ; y-a-t-il un lien avec les débuts de votre fils Thomas au sein des équipes de jeunes et votre implication ? 

Bien entendu, Thomas a fait ses débuts au MFC à l’âge de 11 ans après être passé par les clubs de Campsas et Montech où il évoluait avec ses copains de classe. Passionné j’ai, tous les week-ends, accompagné de mon épouse, fait le tour des stades de la Région et transporté les joueurs (à cette époque les minibus n’existaient pas ). Dans un premier temps, j’ai pris une licence de dirigeant me permettant d’être délégué de match et c’est en 2012 que le Président Jean-Michel Malavelle m’a sollicité pour intégrer le Comité directeur du Club.

 2/ Peut-on en savoir plus sur vous ? Êtes vous un pur Montalbanais ?

Je suis né à La Rochelle que j’ai quittée à la fin de mes études supérieures de Commerce et de Gestion. Cadre dans diverses entreprises, j’ai sillonné la France (Mutations ) pour m’établir 11 ans sur Bordeaux où sont nés mes deux enfants Thomas et Léa, avant d’arriver en 1998 à Montauban. Si je ne suis pas Montalbanais pour ne pas y être né, je me considère comme tel au bout de 23 ans ; j’ai eu la chance à travers le Football, mon métier, mon épouse travaillant au Centre hospitalier, de tisser des liens avec beaucoup de monde.

3/ Avez-vous un passé de footeux même modeste ? 

( Sourire ) oui ! J’ai un frère de 6 ans mon aîné qui jouait au Foot et qui d’ailleurs est toujours éducateur dans un club ; en ce qui me concerne j’ai joué jusqu’à l’âge de 16 ans où j’ai pu intégrer quelques sélections (Aunis Saintonge) Pour l’anecdote, je jouais avec Jean Lemagueresse, futur pro, qui a fait ses débuts au Stade Brestois. Et si ce nom ne vous dit rien, et c’est normal, celui de sa fille vous parlera davantage : Nolwenn Leroy ( la chanteuse ). J’ai ensuite intégré une classe de seconde en Internat et donc cessé de taquiner le Ballon rond… Fin de l’histoire!

4/  Comment percevez-vous ce MFC-TG version Jean-Michel Malavelle, vous qui avez connu d’autres présidents ? 

Il n’y a pas de version Jean-Michel Malavelle, car depuis toutes ces années Jean-Michel, grâce à son implication sans faille, sa patience et beaucoup de temps consacré, a su reconstruire et structurer le club avec, chaque saison, des priorités affichées . De plus, l’arrivée du nouveau complexe lui a donné un nouvel élan, laissant entendre des ambitions sportives assumées qui devraient se concrétiser en fin de saison. Ce serait, nous l’espérons, le début d’une nouvelle histoire.

 5/Quelles sont vos fonctions au sein du club 

Le Football…… en dehors des week-ends où je suis absent pour raisons personnelles ou en vacances, je navigue depuis plus de 20 ans de stade en stade. Quand au MFC, j’ai plusieurs casquettes:

Bénévole, je gère les déplacements des équipes nationales 17 ans et D2 féminines ( bus, avion, Hôtel et restauration) assure l’organisation structurelle ( buvette, restauration..) avec Jean-Michel pour les grands événements ( Tournois, finales départementales…) Je suis partenaire en tant que chef d’entreprise et membre du Comité directeur. C’est avec beaucoup de passion que j’occupe ces différentes fonctions. Mes motivations sont multiples, et la première consiste à trouver du plaisir en partageant, avec les autres bénévoles, tout en apportant mon lot de connaissance, mettre sa propre expérience au service du club et avancer dans le respect et la reconnaissance des autres. Tout ceci, je l’ai trouvé au MFC grâce aux différentes personnes que je croise tous les week-ends et que je remercie pour leur dévouements.

 6/A quand un retour de Thomas sur les couleurs montalbanaises, lui est devenu un pion essentiel de Golfech et un capitaine respecté par son aura ?

Merci pour le compliment !, mais c’est une question à laquelle je ne saurais répondre, car lui seul peut le faire. Je finirai par cette citation de Sherry Anderson : « Si le Bénévolat n’est pas payé, ce n’est pas parce qu’ il ne vaut rien mais parce qu il n’a pas de prix. »